églises Montreuil Méron Antoigné Épieds St Just

collégiale de Montreuil-Bellay
clocher de Méron
église d’Antoigné
église d’Épieds
église de St Just sur Dive

MONTREUIL-BELLAY : Ancienne chapelle du château construite entre 1472 et 1484, devenue collégiale, fut commandée par Guillaume d’Harcourt. Elle fut donné à la commune suite à la désaffection de l’église St Pierre, située au Nobis. Le pont pour l’accès direct à l’église date de 1863 ;
Le clocher abrite trois cloches : Catherine, baptisée en 1728 et restaurée en 1997-1998 grâce à une subvention du conseil général et de la commune. Marie, baptisée en 1779. Jeanne-Guilhem offerte par Mr de Thuy pour le mariage de sa fille et de Mr. de Valbray ( prénoms des mariés : Jean-François et Marie-Guilhem) le 31 août 1974.

MÉRON : L’église St Aubin, de Méron fut fondée en 1003 par Foulques Nerra et bâtie par l’abbé Hubert. Elle est saccagée en 1562, pillée en 1652, profanée en 1793. En juillet 1983, pour des raisons de sécurité, l’église est rasée, seul le clocher reste témoin de l’ancienne église, il abrite 2 cloches.

ANTOIGNÉ : L’église St Martin construite au XII et XIII siècle fut rattachée au diocèse d’Angers en 1790. La nef et une partie de la façade ont été remaniée en 1878. Le clocher dont la couverture fut refaite abrite 2 cloches :
Marie-France et Marie-Anne baptisée le 6 novembre 1960 par Monseigneur Veuillot, évêque d’Angers.

EPIEDS : "ESPIEDS" premier nom de la commune jusqu’en 1820. L’église St Pierre est bâtie au XII siècle. Un chevet et un chevet plat sont bâtis au XIII siècle. La chapelle sud est bâtie au XV et XVI siècle.
Sa cloche s’appelle "Charlotte". Le recouvrement de la nef et des restaurations sont faites en 1894.

SAINT-JUST : Son église bâtie au X siècle remonte au temps des romains, mais après de nombreuses inondations, les habitants se déplacent vers le hameau de Mollay. Une église y est bâtie au XIX siècle, elle reste longtemps sans clocher. Une souscription est lancée et l’église obtient 2 cloches : Marguerite et Adrienne, qui sont exposées aux intempéries. Ce n’est qu’en 1993 que le clocher est construit grâce à une subvention communale.